L’euro était en légère hausse face au dollar durant toute la matinée, les analystes attendant impatiemment la publication du rapport sur l’emploi ADP.

Les deux seules informations de la matinée n’ont pas eu d’impact sur les devises. Néanmoins, le gouvernement portugais est parvenu à un « bon accord » avec l’UE et le FMI, en vue d’une aide financière d’un montant de 78 milliards d’euros sur trois ans, assortie d’une réduction « plus graduelle » de son déficit, a annoncé mardi le Premier ministre démissionnaire, José Socrates.

En outre, l’indice des services de l’Eurozone s’inscrit, à 56,7 points, légèrement en dessous de son estimation flash en avril (56,9) et recule par rapport au 57,2 enregistré en mars.

Toutefois, ce repli ne traduit qu’un très faible ralentissement de la croissance par rapport au rythme soutenu observé en mars (le plus fort depuis août 2007).

Mais l’enquête ADP est venue plombée le dollar. Car les embauches du secteur privé aux Etats-Unis ont ralenti en avril, selon l’enquête mensuelle du cabinet de conseil en ressources humaines ADP publiée mercredi. Le secteur privé a créé 179.000 emplois de plus qu’il en a détruit ce mois-là, en données corrigées des variations saisonnières, soit moins que les 200.000 emplois attendus.

Les chiffres de l’emploi dans le secteur privé aux Etats-Unis sont traditionnellement vus par le marché comme une jauge sur l’état du marché du travail américain avant les chiffres de l’emploi et du chômage attendus vendredi pour avril.

Le rapport officiel mensuel sur le marché du travail est l’un des principaux indicateurs permettant d’évaluer la vigueur de la reprise de la première économie mondiale.

En outre, L’indice ISM des services est tombé à 52,8 au mois d’avril aux Etats-Unis contre 57,3 en mars. Les analystes attendaient une légère hausse à 57,4. Il s’agit du plus bas niveau de cet indicateur depuis août 2010.

En Europe, les cambistes attendent la décision de politique monétaire de la BCE prévue aujourd’hui, alors que l’institution qui a procédé à un premier relèvement de son taux directeur en avril afin de lutter contre la hausse des prix pourrait poursuivre le resserrement de sa politique monétaire dans les mois à venir. Ainsi, la Banque centrale européenne devrait laisser son taux directeur inchangé à 1,25% mais pourrait donner des signaux d’une prochaine hausse en juin alors que l’inflation s’accélère dans les 17 pays de la zone euro, à 2,8% en avril.

Annoces à suivre aujourd’hui à 13:00 – Relevé des taux d’intérêt (GBP)

Relevé des taux d’intérêt – Précédente 0.50%

Annonce des taux d’intérêt : Précédente 1.25%. La décision de la Banque Centrale Européenne (BCE) sur les taux d’intérêt à court terme. La décision porte sur le niveau des taux d’intérêt qui dépend principalement sur les prévisions de croissance et d’inflation. L’objectif premier de la BCE est la stabilité des prix. Des taux d’intérêt élevés attirent les capitaux étrangers qui recherchent le meilleur rendement sans risque, ce qui augmente considérablement la demande pour la devise nationale. Un taux plus important que prévu est positif/haussier pour l’EUR, alors qu’un taux moins important que prévu est négatif/baissier pour l’EUR.

Conférence de presse de la BCE : La Banque Centrale Européenne tient cette conférence de presse mensuelle environ 45 minutes après avoir annoncé son taux directeur. Elle dure une heure et se divise en deux parties : la première comporte la lecture d’un communiqué préparé à l’avance et la seconde permet à la presse de poser ses questions, dont les réponses, par leur fréquente spontanéité, stimulent souvent la volatilité des marchés. La conférence de presse, diffusée sur le site de la BCE, est la principale méthode pour elle de communiquer avec les investisseurs à propos de sa politique monétaire. Elle détaille les facteurs ayant affecté ses décisions politiques, notamment pour les taux directeurs, comme les prévisions économiques générales et l’inflation, tout en fournissant avant tout des indices sur la politique monétaire future. Si le communiqué est plus hawkish que prévu, c’est généralement un bon signe pour l’euro.

Revendications chômage : Détermine le montant des individus qui se sont inscrit à l’assurance-chômage pour la première fois au cours de la dernière semaine. Cet indicateur hebdomadaire donne des informations tout à fait valables, mais les courtiers voient généralement le chômage comme un indicateur qui donne peu d’information sur les performances futures de l’économie. Une tendance à la baisse a un effet positif sur la monnaie nationale puisque les gens qui travaillent ont tendance à dépenser plus d’argent et la consommation représente une grande partie du PIB.

**Productivité non agricole** – Détermine la croissance trimestrielle annualisée de l’utilisation efficace des ressources humaines pour la production de biens et services à l’exception du secteur agricole. Quand les entreprises paient davantage pour des ressources humaines, elles sont susceptibles de transmettre la hausse des coûts sur le consommateur, les courtiers voient l’inflation des salaires comme un indicateur avancé de l’inflation des consommateurs. Une tendance à la baisse a un effet positif sur la monnaie nationale puisqu’une diminution de l’efficacité est comparable à une augmentation des salaires.

Discours du Président Bernanke de la Fed : Le gouverneur de la banque centrale américaine Ben Bernanke est né en 1953.En 1979 Il est diplômé d’Harvard et d’un diplôme d’économie du MIT. En 2006, il est devenu le président de la Réserve fédérale. Il donne une conférence de presse sur la manière dont la Fed observe l’actuelle économie américaine et la valeur du dollar. Ses commentaires peuvent produire des échanges commerciaux positifs ou négatifs.

EUR/USD

Le taux spot approche de la borne basse de son canal haussier moyen terme à 1.4810 laissant présager un rebond à court terme. Cependant une rupture de cette zone libérerait un potentiel de baisse important et amorcerait une nouvelle tendance.

Selon les événements précédents, le marché indique une opportunité haussière sur les niveaux de 1.4810 avec pour 1er objectif 1.4930, puis 1.4950. Une rupture des 1.4780 invaliderait ce scénario.

GBP/USD

Le taux spot a rebondi sur la borne basse de son canal haussier moyen terme à 1.6450 et teste actuellement la résistance intermédiaire de son canal à 1.6590. Une rupture de ces niveaux lui permettrait d’atteindre la borne haute de son canal baissier moyen terme à 1.6740.

Selon les événements précédents, le marché indique une opportunité haussière dès que le taux spot aura cassé sa résistance à 1.6590 avec un 1er objectif de 1.6690, puis 1.6740. Une rupture des 1.6560 invaliderait ce scénario.

USD/JPY

Le taux spot teste actuellement la borne basse de son canal baissier moyen terme à 80.40 laissant présager un rebond à court terme. Cependant une rupture de ces niveaux amorcerait une tendance baissière plus violente.

Selon les événements précédents, le marché indique une opportunité haussière sur les niveaux de 80.40 avec pour 1er objectif 81.00, puis 81.20. Une rupture des 80.20 invaliderait ce scénario.

GOLD

L’or a rebondi sur la borne basse de son canal baissier moyen terme à 1503 et teste actuellement la résistance intermédiaire de ce dernier à 1519. Une rupture de ces niveaux lui permettrait d’atteindre la borne haute de son canal à 1542.

Selon les événements précédents, le marché indique une opportunité haussière dès que l’or aura cassé sa résistance à 1519 avec pour 1er objectif 1529, puis 1535. Une rupture des 1517 invaliderait ce scénario.