La dégringolade de l’euro entamée en fin de semaine dernière suite à l’abaissement de la note de la dette à long terme de la Grèce par Fitch s’est poursuivie en ce début de semaine, l’euro passant même sous la barre des 1,40 dollar.

En ce moment, le marché se préoccupe moins des indicateurs économiques que de l’impact de la dégradation de la confiance vis-à-vis des dettes souveraines, avec la Grèce en principale inquiétude. Lors d’un entretien accordé à un journal dominical grec, M. Papandreou, Premier ministre grec, a catégoriquement écarté l’idée d’une restructuration de la dette du pays. La BCE s’oppose elle aussi fermement à cette idée, qui n’est désormais plus écartée par certains dirigeants comme le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker.

En outre, la croissance de l’activité privée a nettement ralenti en mai dans la zone euro, selon une première estimation lundi de l’indice des directeurs d’achats, qui est tombé à son plus bas niveau depuis sept mois. Preuve de ce climat de défiance vis-à-vis de l’euro, la monnaie unique est tombée lundi à un nouveau plus bas historique face au franc suisse. Par ailleurs, l’agence Standard & Poor’s a abaissé, dans la nuit de vendredi à samedi, à « négative » contre « stable » la perspective de la note de la dette à long terme de l’Italie.

Ce lundi, le gouvernement grec a peaufiné un nouveau plan de redressement économique, combinant accélération des privatisations et sursaut de rigueur, dans l’espoir de satisfaire les bailleurs de fonds du pays et éviter une restructuration de l’abyssale dette souveraine. Jugé insuffisant par l’Union européenne et le Fonds monétaire international, créanciers de la Grèce, le plan a été musclé avec des mesures additionnelles d’économie budgétaire portées à 6 milliards d’euros en 2011, et à 23 milliards sur la période 2012-2015.
Notons en outre qu’un autre évènement est survenu ce week-end, l’éruption d’un volcan islandais. Conséquence logique, les transporteurs aériens dévissaient nettement lundi en Bourse, pénalisés par la crainte qu’un nouveau nuage de cendres volcaniques ne provoque des perturbations semblables à celles de l’an dernier.

Enquête auprès des entreprises françaises – Le Sondage des Affaires est mensuel, et est conduit sur un échantillon représentatif du secteur manufacturier, commerce, construction et service en France. Les sociétés répondent aux questions sur les développements de la production, des ventes, des prix et leurs attentes.

C’est un indicateur avancé de l’économie française. Etant la place de la France à l’intérieur de la Zone Euro, c’est un indicateur que les courtiers scrutent comme indication sur la croissance dans la Zone Euro.

PIB allemand – Le produit intérieur brut détermine la valeur totale de tous les biens et services produits par l’économie. Le PIB est la plus large mesure de l’activité et le principal critère de santé économique. Pour les investisseurs étrangers, une économie forte est perçue favorablement car elle pousse les possibilités d’investissement sur les marchés domestiques et obligatoires.

Plus important encore, la banque centrale est plus susceptible d’augmenter les taux d’intérêt dans un contexte de forte économie en pleine croissance. La combinaison de ces effets peut avoir un impact important sur la demande du pays. Une tendance à la hausse a un effet positif sur la monnaie du pays.

Indice du climat d’affaires allemand IFO – L’index sur l’information et la recherche du climat des affaires détermine l’état d’esprit des entreprises dans l’industrie manufacturière, de construction, de commerce de gros et de détail et de ses attentes pour les six prochains mois. L’indice est conclu à partir d’une enquête mensuelle de plus de 7000 entreprises où les sondés sont invités à donner leur évaluation de la situation actuelle des affaires.

Ventes de logements neufs – Détermine le montant annualisé des bâtiments résidentiels neufs qui ont été vendus au cours du dernier mois. Une tendance à la hausse a un effet positif sur la monnaie nationale car le marché du logement est un chef de file pour évaluer l’ensemble de l’économie.

L’activité économique produite par de nouveaux logements incite les propriétaires à acheter des biens tels que les appareils et les meubles pour leur maison, et les constructeurs eux, achètent des matières premières et embauchent plus de personnel pour répondre à la demande. Un niveau élevé de logements signale que l’industrie de la construction est en bonne santé et que les consommateurs ont le capital pour faire de gros investissements.

EUR/USD

Le taux spot teste actuellement le support intermédiaire de son canal baissier moyen terme à 1.3980 et semble amorcer un rebond. Cependant une rupture de ces niveaux entrainerait un retour vers la borne basse de son canal à 1.3750.

Selon les événements précédents, le marché indique une opportunité haussière sur les niveaux de 1.3980 avec pour 1er objectif 1.4080, puis 1.4130. Une rupture des 1.3950 invaliderait ce scénario.

GBP/USD

Le taux spot approche du support intermédiaire de son canal baissier moyen terme à 1.6050 laissant présager un rebond. Cependant une rupture de ces niveaux entrainerait un retour vers la borne basse de son canal à 1.5970.

Selon les événements précédents, le marché indique une opportunité haussière sur les niveaux de 1.6050 avec pour 1er objectif 1.6160, puis 1.6190. Une rupture des 1.6020 invaliderait ce scénario.

USD/JPY 

Le taux spot approche de la borne haute de son canal baissier moyen terme à 82.10 laissant présager un repli. Cependant une rupture de ces niveaux lui permettrait de libérer un potentiel important et d’amorcer une nouvelle tendance.

Selon les événements précédents, le marché indique une opportunité haussière dès que le taux spot aura cassé sa résistance à 82.10 avec pour 1er objectif 82.70, puis 82.90. Une rupture des 81.90 invaliderait ce scénario.

GOLD

L’or teste actuellement la borne haute de son canal baissier moyen terme à 1518 laissant présager un repli à court terme. Cependant une rupture de ces niveaux lui permettrait de libérer un potentiel important et d’amorcer une nouvelle tendance.

Selon les événements précédents, le marché indique une opportunité haussière dès que l’or aura cassé sa résistance à 1518 avec pour 1er objectif 1529, puis 1532. Une rupture des 1516 invaliderait ce scénario.