La chute brutale du PMI flash composite de la zone euro sous-entend que la morosité a frappé l’Europe continentale. Le déclin de l’indice global des activités du secteur privé, de 55,8 à 53,6, était beaucoup plus conséquent que prévu (consensus: 55,2), le laissant à son plus bas niveau depuis octobre 2009. Le PMI manufacturier a également chuté de 54,6 à 52,0, son niveau le plus bas en 18 mois. Le secteur industriel subit clairement les effets du ralentissement de la demande extérieure (le PMI manufacturier chinois est tombé à son seuil le plus bas en 11 mois). L’indice des services a enregistré un déclin un peu moins abrupt, passant de 56,0 à 54,6, indiquant que la demande intérieure des pays “centraux” se maintient relativement bien face à des prix élevés de matières premières et un durcissement fiscal – notez que le PMI des services allemands a même enregistré une hausse importante.

La chute du PMI composite au mois de juin confirme que le ralentissement du commerce mondial, l’augmentation précoce des prix de matières premières et le durcissement fiscal commencent à faire effet dans la région. Quoi qu’il en soit, il est sans doute trop tôt pour commencer à craindre une récession en W. En effet, le PMI composite reste en territoire d’expansion (au-delà de 50) et conforme aux gains trimestriels d’environ 0,4% en PIB . Le rétablissement de la zone euro perd clairement de la vitesse mais conserve sa tendance. L’inflation préoccupe toujours la BCE, qui a vraisemblablement l’intention de relever les taux le mois prochain.