Wall Street en hausse, concentrée sur la Grèce

Publié le : 31 août 20184 mins de lecture

La Bourse de New York évoluait en hausse mardi à la mi-séance, les investisseurs spéculant sur le déblocage rapide de fonds à la Grèce à la veille d’un vote déterminant à Athènes: le Dow Jones gagnait 0,95% et le Nasdaq 1,12%.
Vers 16H15 GMT, le Dow Jones Industrial Average progressait de 113,91 points à 12.157,47 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 30,20 points à 2.718,48 points.
L’indice élargi Standard & Poor’s 500 montait de 0,93% (11,92 points) à 1.292,02 points.
Lundi, Wall Street avait fini en hausse, profitant d’un bond des valeurs bancaires. Le Dow Jones avait gagné 0,91%, le Nasdaq 1,33% et le S&P 500 0,92%.
“La situation en Grèce, avant le vote du budget d’austérité (mercredi), va continuer de dominer l’actualité, provoquant une volatilité accrue sur le marché”, a prévenu Frederick Dickson, de DA Davidson.
Les parlementaires doivent se prononcer sur ce plan, condition posée par les partenaires européens de la Grèce et le FMI au versement de nouveaux fonds à Athènes pour éviter un défaut de paiement du pays.
Selon Briefing.com, les investisseurs réagissaient positivement à “des informations qui suggèrent que l’Allemagne est d’accord avec la France pour impliquer le secteur privé dans ses démarches pour retrouver sa santé financière”.
“L’idée, c’est qu’on met un nouveau pansement sur le problème, qui disparaîtra des Unes des journaux pendant trois mois. Au moins ce n’est pas négatif. C’est comme cela que les courtiers raisonnent”, a commenté Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management.
La Grèce tournait au ralenti mardi, premier jour d’une grève générale marquée par des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre.
Ces images, diffusées en direct par les chaînes de télévision américaines, montrent en tout cas “que la mise en oeuvre de ces mesures, si elles sont adoptées, comme le marché le pense, ne sera pas une tâche facile”, a relevé Patrick O’Hare, de Briefing.com.
“Les intervenants vont rester concentrés sur la Grèce. Pour autant, Nike fournit une distraction bienvenue”, a-t-il poursuivi.
Le fabricant d’articles de sport a publié des résultats trimestriels meilleurs que prévu, avec une hausse de 15% de son carnet de commandes. Son action bondissait de 6,92% à 87,27 dollars.
Les indicateurs économiques publiés aux Etats-Unis étaient relégués au second plan.
La confiance des consommateurs y a baissé en juin pour le deuxième mois d’affilée, et plus que prévu, selon l’indice du Conference Board. Les prix des logements, mesurée par l’enquête Case-Shiller/Standard and Poor’s, ont baissé pour le dixième mois d’affilée en avril.
Microsoft prenait 1,07% à 25,45 dollars dollars. Le géant du logiciel a lancé la commercialisation de sa suite de programmes professionnels Office 365, s’engageant un peu plus dans la sphère de l’informatique dématérialisée, où il cherche à concurrencer Google (+2,15% à 493,17 dollars).
Le groupe de services informatiques Accenture montait de 3,65% à 59,90 dollars. Il va intégrer à partir du 5 juillet le S&P 500, où il remplacera la banque Marshall & Ilsley, rachetée par la Banque de Montréal.
Le réseau social à usage professionnel LinkedIn s’envolait de 10,35% à 84,29 dollars. Bank of America – Merrill Lynch et Morgan Stanley ont entamé leur couverture du titre, entré en Bourse en mai, avec une recommandation à l’achat.
Dans le secteur financier, les émetteurs de cartes de crédit Visa (+1,98% à 75,35 dollars) et Mastercard (+2,16% à 278,50 dollars) montaient après que les analystes de Jefferies eurent recommandé d’acheter l’action.
Le marché obligataire baissait. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans progressait à 2,978%, contre 2,927% lundi soir, et celui du bon à 30 ans à 4,295% contre 4,282% la veille.

Dans le même thème : Les marchés financiers tremblent après la perte du triple A américain

À parcourir aussi : G20 : Fillon plaide en Indonésie pour “la régulation de la mondialisation”

Plan du site